04/04/2012

Bressoux Droixhe se réjouit de la décision prise par le Conseil d'Etat néerlandais d'interdire les coffeeshops frontaliers

733150776_ID7565874_web-coffesho_104513_H3RJQP_0.JPGEn septembre, Maastricht avait annoncé son intention d’y délocaliser trois de ses quatorze coffeeshops sur la Köbbesweg, près de la frontière, histoire d’atténuer les désagréments engendrés par le commerce du cannabis.

Cinq entités belges frontalières avaient immédiatement attaqué la Ville en justice. Le Conseil d’Etat néerlandais s’est prononcé le 22 mars : le projet de délocalisation est suspendu. Une suspension qui n’ est que provisoire et se base sur le fait que la vente de drogues douces n’étant pas autorisée aux Pays-Bas mais simplement tolérée, il est illégal qu’un pouvoir public tente de l’organiser.

Quartier réputé "sensible", Bressoux et Droixhe, situé à quelques kilomètres de la frontière hollandaise ne peut que se réjouir de cette décision. Faisant l'objet d'une campagne de sensibilisation anti-cannabis, lancée par le Conseil de quartier, Bressoux Droixhe ne cesse de sensibiliser les jeunes à cette problématique et tente, par tous les moyens, de faire échec à ceux qui auraient l'idée de consommer.

 

 

Réagissant à cette décision, Patrice Lempereur, Président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe  «se réjouit de cette décision. Ces mesures prises pour faire diminuer la consommation de drogue sont bonnes à prendre. Il faudra encore avoir une  approche plus dure envers l'illégalité par la police et la justice, qui devront en faire leur priorité. En effet, il sera utile de veiller au danger d’un renvoi des consommateurs vers des marchés clandestins et par la même occasion redouter l’influence de mafias qui initieront les acheteurs aux drogues dures ».

24/03/2012

En ces premiers beaux-jours, à Bressoux Droixhe, on a mieux à partager que le bruit"

 

bressoux-bruit.jpg

 

A Bressoux Droixhe, le Conseil de quartier est régulièrement interpellé au sujet de conflits de cohabitation. Notre rôle est notamment de « renforcer la cohésion et l'entente entre les habitants »


Que ce soit aux abords du parc de Droixhe, sur les places de Bressoux, dans les rues ou près des immeubles de logements sociaux, il n'est pas rare de croiser les jeunes du quartier qui se retrouvent pour manger un bout, parler, écouter de la musique...


Rien de mal à cela ! « Mais cette situation peut vite dégénérer en conflits lorsque les sachets de frites et les canettes jonchent le sol, que le bruit empêche les riverains de fermer l'œil avant une heure du matin, et que le phénomène « de bande » crée un sentiment d'insécurité, spécialement auprès des plus âgés » souligne le Président du Conseil de quartier Patrice Lempereur.

Les services de police reçoivent régulièrement des plaintes pour tapage nocturne, surtout pendant les mois d'été, provoqués notamment par de la musique et des cris intempestifs.

Face à cette problématique citoyenne, le Conseil de quartier a voulu lancer, en ces premiers beaux jours, une campagne de sensibilisation avec comme slogan "A Bressoux Droixhe, on a mieux à partager que le bruit" Les affiches seront placées aux différents endroits fréquentés du quartier.

Aussi, afin de répondre à une demande de riverains, mais aussi de jeunes, Patrice Lempereur, Président du Conseil de quartier insiste sur le fait « qu'il est bien plus valorisant pour les jeunes d'avoir un endroit qui leur est réservé pour se réunir, discuter, réfléchir et créer des liens. Encadrés, les jeunes peuvent aussi développer des projets et activités, participer de manière active à la vie sociale et culturelle de leur quartier et ainsi, se sentir responsabilisés ».


Situation catastrophique à Droixhe: la Tour Match de l'avenue de Lille à Droixhe va être sécurisée par le placement d'une parlophonie et d'un système de vidéosurveillance

tour match droixhe.jpg

De nombreux appartements de la tour Match à Droixhe sont squattés par toutes sortes d’individus. Les locataires sociaux ont peur pour leur sécurité, mais aussi pour leurs biens. La société qui gère les appartements compte engager des vigiles.

Une dizaine d’appartements de la tour Match à Droixhe sont dans un état lamentable.  Squattés en permanence, ils sont inhabitables. Les portes sont fracturées et les serrures arrachées. Les déchets s’accumulent et on peut trouver des moisissures et des restes de consommation d’héroïne. Des excréments humains jonchent le sol.

Face à cette situation, le Président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur, qui était intervenu en faveur des habitants de l'immeuble, est en mesure de leur apporter des réponses rassurantes.
 
La Filiale Immobilière Publique de Liège a lancé une étude portant sur l'aménagement et la sécurisation des trois premiers niveaux de l'immeuble. Cette étude a pour but notamment de limiter l'accès principal de l'immeuble aux résidents par le placement d'une parlophonie et d'un système de vidéosurveillance.  En outre, il est prévu de déplacer les associations actuellement présentes au rez-de-chaussée, du côté quai, afin de leur réserver une entrée indépendante.
 
"Le permis d'urbanisme a été délivré et dans la foulée le marché de travaux a fait l'objet d'une mise en adjudication. Le début des travaux est prévu pour avril 2012" se réjouit Patrice Lempereur.
 
Maggy Yerna, Echevine du Logement et Présidente de la FIP, qui se dit consciente des problèmes rencontrés,  annonce d'ores et déjà une rencontre avec l'ensemble des locataires afin de leur présenter ces travaux planifiés.

Pour Patrice Lempereur, Président du Conseil de quartier :  "Il est évident que la situation ne se réglera pas par de simples interventions matérielles et que l'activation des nombreux dispositifs publics et associatifs qui existent sur le quartier doit se poursuivre et mobiliser les énergies. Il faut noter que la misère sociale dont les causes peuvent être multiples et diverses ne peut justifier des actes de vandalisme qui ont pour seules conséquences de terroriser les locataires légitimes des immeubles et d'engendrer des coûts qui détournent les deniers publics de leur destination initiale à savoir la requalification des biens".

Il est tout aussi évident qu'un projet de requalification  d'un ensemble comme celui-là ne pourra réussir qu'en instaurant une vraie mixité sociale au sein des habitants, ceci implique de pouvoir ou de devoir déroger aux règles mécaniques d'attributions mais cela suppose également un accroissement de l'offre globale de logements, chacun ayant le droit d'être correctement logé et pour un loyer raisonnable.

 La politique actuelle de création de logement ne va plus vers la création de Cités qui ne sont plus "radieuses" depuis fort longtemps, l'idéal étant de réhabiliter des logements dispersés sur tout le territoire communal et de toutes les communes.....Quant aux loyers pratiqués par le secteur privé, il faudra dès la régionalisation du bail à loyer mettre tout en œuvre pour établir une corrélation objective entre la qualité du bien offert et le loyer pratiqué. Ceci a fait l'objet d'une proposition de décret intégrée par la suite dans la mise en œuvre d'un Observatoire du Logement dont cette objectivation devrait être une des missions"

 


En ce qui concerne les dépôts illégaux de déchets, la Filiale Immobilière Publique a interrogé la Maison Liégeoise à qui elle a confié la gestion locative de l'immeuble. Toutes les mesures adéquates vont être prises pour faire cesser ces agissements dans les plus brefs délais.