12/05/2014

2000 tonnes de terre «polluées» sont entreposées à l'air libre pendant 6 mois à Bressoux

terre.jpg

C’est la conséquence du chantier de rénovation de la rue du Moulin, à Bressoux. 2000 tonnes de terre sont entreposées depuis la fin des travaux à côté de la nouvelle maison des jeunes. Ce qui devait être un terrain pour les jeunes, est recouvert de montagnes de terres « polluées » jusqu’en novembre 2014.

La rue du Moulin, située à Droixhe, vient d’être rénovée de fond en comble. Et une grande quantité de terre a dû être retirée pour mener à bien les travaux d’aménagement. Mais au vu des nouvelles normes de construction, toutes les terres n’ont pas été remises pour remblayer la rue. Le surplus, qui représente environ 2000 tonnes de terres, a donc été entreposé sur un terrain vague de la même rue. Entre le magasin Dunya Market et la maison des jeunes. Qui ne pourront évidemment pas profiter de cet espace durant l’été.

«  Quelques jeunes et des riverains m’ont sollicité à ce sujet  », explique Patrice Lempereur, Président du conseil de quartier Bressoux-Droixhe. «  Je demande donc, en leur nom, que l’on déplace cet amas de terre. Surtout que c’est un terrain pour les jeunes. On aurait pu trouver un autre endroit  ». Il est, en effet, situé juste à côté de la toute nouvelle maison des jeunes. «  Je ne remets pas l’échevin des travaux, Roland Léonard, en cause, ni la Ville, mais plutôt l’entrepreneur  », ajoute le Président du Conseil de quartier de Bressoux-Droixhe.

Malgré cette demande, les déblais ne devraient pas bouger d’ici les six mois à venir. Dans sa lettre adressée à Patrice Lempereur, l’échevin des travaux Roland Léonard s’explique. «  Eu égard à leur nature « polluée », les terres doivent être traitées avant leur mise en décharge  ». Mais Frédéric Jacquemin, le chef de cabinet de l’échevin des travaux tient à préciser. «  Ce ne sont pas des terres contaminées. Si ça avait été le cas, les terres auraient dû être évacuées directement afin d’être traitées. Ici, elles doivent juste être épurées. Ce repos de six mois doit permettre de les rendre neutres et propres. Après ce délai, elles seront normalement saines  ».

Plus d’informations à ce sujet dans La Meuse édition Liège de mardi matin, ainsi que dans nos éditions numériques, sur http://num.sudinfo.be

12/10/2013

Des mesures pour bien vivre la Fête du Sacrifice à Bressoux Droixhe

fete sacrifice 2.jpgCe mardi 15 octobre, ce sera la traditionnelle fête de l'Aïd el Kebir ou mieux connue sous le nom de fête du mouton pour les musulmans. Celle-ci consiste à sacrifier un mouton par l'égorgement. Elle a lieu deux mois et dix jours après la fin du ramadan et les musulmans la célèbrent traditionnellement par l'abattage rituel d'un animal.

 

La fête du sacrifice (ou Aïd el-Kébir) est la plus importante de l'islam. Elle a lieu chaque année pendant la période du pèlerinage à La Mecque et elle constitue un moment fort. La communauté musulmane commémore cet acte de soumission par le sacrifice d'un ovin (mouton, bélier, ...). Cette fête, improprement appelée «fête du mouton», s'exprime à travers des prières et de grandes réjouissances familiales.

 

 

"Une pratique que beaucoup font encore clandestinement à la maison" constatait les années précédentes le Président du conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur. "C'est pour améliorer cette situation que le Conseil de quartier a toujours souhaité la création d’un lieu d'abattage temporaire dans le quartier".

 

 

"Pour qu'un lieu d'abattage soit temporairement agréé, les critères ne sont pas insurmontables. Le lieu doit être couvert et son sol doit être dur, l'eau courante doit y être disponible, le sang recueilli dans des récipients distincts, les déchets doivent être collectés et un vétérinaire doit être présent".

 

 

Aujourd’hui, le Conseil de quartier de Bressoux Droixhe est heureux de faire savoir qu’en collaboration avec l’Intercommunale des Abattoirs publics des Arrondissements de Liège et de Waremme, la Ville de Liège mettra à disposition un local pour l’abattage des moutons selon le rituel islamique.

 

La personne qui désire faire abattre un mouton ou un bovin doit faire une déclaration préalable auprès de son administration communale. Une permanence sera assurée les vendredi 11 et lundi 14 octobre 2012 de 9h à 16h au secrétariat de l’Abattoir - Rue de Droixhe, 34b - 4020 Liège.

 

Tous les animaux devront être amenés le lundi 14 octobre entre 13h et 16h. Les moutons qui viendraient plus tard pourront être refusés.

 

Cet abattage se fera par des sacrificateurs spécialement habilités à cette tâche pour éviter toute souffrance inutile. Le sang sera récolté et dirigé vers la station d’épuration de l’abattoir. Les autres déchets seront stockés dans des containers et enlevés le soir par le clos d’équarrissage. Ces containers destinés à la récupération des carcasses, peaux et autres abats se trouveront à côté de l’abattoir et abattoir temporaire droixhe.jpguniquement à cet endroit.

 

"Lorsqu’on reprend le mouton égorgé, on reçoit deux sacs munis d’un autocollant d’une part pour transporter la carcasse du mouton, d’autre part pour ramener à l’abattoir les déchets, à savoir un sac pour la peau, l’autre pour les autres déchets. Les sacs qui n’auront pas l’autocollant seront refusés car cela signifiera que le mouton a été abattu illégalement" explique Patrice Lempereur.

Lorsque l’on reprend le mouton égorgé, on reçoit deux sacs munis d’un autocollant d’une part pour transporter la carcasse du mouton, d’autre part pour ramener à l’abattoir les déchets, à savoir un sac pour la peau, l’autre pour les autres déchets. Coût par peau : 5 €.

 

Les sacs non étiquetés seront refusés car cela signifiera que le mouton a été abattu illégalement.

 

Les heures d’ouverture pour déposer les déchets sont:

Le mardi 15 octobre de 12h à 18h

Le mercredi 16 octobre de 9h à 16h. Le jeudi 17 octobre de 9h à 14h

 

Attention, les containers sont repris le jeudi à 14h. Il n’est plus possible de déposer les déchets après cette heure.

 

 

L’organisation telle qu’elle est prévue cette année vise à améliorer le bien-être des animaux, à préserver la santé publique et l’environnement en permettant aux musulmans de pratiquer pleinement leur fête.

 

En effet, les musulmans ne sont pas opposés, loin de là, à abandonner l'abattage à domicile, il faut qu'on leur donne l'opportunité. "Ce lieu d'abattage temporaire va satisfaire le plus grand nombre et les choses se passeront dans la plus grande convivialité » conclut le Président du Conseil de quartier Patrice Lempereur.

 

 

Le Conseil de quartier souhaite d'ores et déjà une bonne fête à tous les musulmans ! Une petite carte de bonne fête leur sera d’ailleurs envoyée.

 

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpgAussi, des brochures explicatives sur la fête du Sacrifice sont diffusées dans le quartier. Un folder à destination de la population non-musulmane. D'autres documents sont distribués par le Conseil de quartier, en collaboration avec l'AFSCA. Ils expliquent la fête et définissent le rôle de chaque intervenant : organisateur, autorité religieuse, personnes privées ou associations. En plus des procédures réglementaires habituelles, ce document contient une série de recommandations et d’exemples à suivre. Il contient également les coordonnées des différents services compétents.

 

 

"Ces brochure a pour objectif que la journée de la Fête du sacrifice se déroule dans les meilleures circonstances et ceci dans l’intérêt tant des Hommes que des animaux. Elles rappellent également la réglementation en vigueur" conclut Patrice Lempereur.

 

Documentation

 

Chaque année, la fête musulmane du sacrifice a lieu deux mois et dix jours après la fin du ramadan et les Musulmans la célèbrent traditionnellement par l'abattage rituel d'un animal.

 

 A cette occasion, le Conseil de quartier de Bressoux Droixhe, en collaboration avec l'AFSCA met à disposition les documents suivants :

 

http://www.afsca.be/produitsanimaux/viande/fetedusacrifice/_documents/2013-07-29_Vademecum_Fete_du_sacrifice_2013_fr.pdf

 

http://www.afsca.be/produitsanimaux/viande/fetedusacrifice/_documents/Sacrifice_2013_Fr_S.pdf

 

http://www.afsca.be/produitsanimaux/viande/fetedusacrifice/_documents/2013-09-03_Sacrifice_2013_TR_S.pdf

 

http://www.afsca.be/produitsanimaux/viande/fetedusacrifice/_documents/2013-09-03_Sacrifice_2013_TR_S.pdf

 

http://www.afsca.be/produitsanimaux/viande/fetedusacrifice/_documents/2012_08_10_engagementfetedusacrifice_fr.pdf

28/04/2013

Les quads perturbent la vie du quartier à Bressoux Droixhe

quads droixhe.jpgLe président du conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur demande à la Ville d'interdire l'accès des quads à certaines rues. Conçu au départ pour affronter des terrains non praticables, les véhicules sont devenus engins de mode. Au point qu’il n’est pas rare d’en croiser régulièrement sur la route, y compris dans les quartiers urbains ou plus résidentiels. Ce qui n’est pas sans poser problème.

 

"La Ville de Liège reconnaît l'existence ponctuelle de problèmes liés à la circulation de ces engins. Les contrôles policiers sont d'ailleurs réguliers mais le phénomène persiste" souligne Patrice Lempereur. En 2009, l'Union des Villes et Communes de Wallonie avait d'ailleurs réclamé l'introduction dans le code de la quads.jpgroute d'un signal permettant d'interdire spécifiquement leur circulation. C'est le signal C6, qui existe officiellement depuis le 1er septembre 2011.Le président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe demande à la Ville d'interdire l'accès des quads à certaines rues. "Nous avons des problèmes de rodéo nocturne, avec dérapage et slalom dans les rues du quartier. Les nuisances sont réelles : le bruit – qui empêche la population de dormir – et la sécurité. Ils mettent la vie des autres en danger, en plus de la leur."