15/06/2014

Une première étape de travaux pour la "Cour des marchandises de #Bressoux

cour des marchandises de bressoux, SNCB, Médart, Oxymeco,

Le Président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur est satisfait de l'évolution du dossier du site "Cour aux marchandises de Bressoux" situé sur les terrains près de l'ancienne gare et longeant la rue Dieudonné Defrance à Droixhe.

"SPAQuE est désormais propriétaire du site "Cour aux marchandises de Bressoux". Une première étape de réhabilitation, financée par les Fonds européens FEDER, sera entreprise dès cet été, sur les parties du site ayant auparavant accueilli des activités de recyclage des métaux" se réjouit Patrice Lempereur et de poursuivre " « L'entreprise de récupération, de recyclage de vieux métaux, et de démolition industrielle faisait l’objet, depuis des années, d’un bras de fer avec les Autorités et les riverains qui se plaignaient notamment de nettoyages par le feu intempestifs. Cette situation n’était pas compatible avec la fonction résidentielle qui va voir le jour dans le quartier».

Spaque2.jpgDans un premier temps, SPAQuE sécurisera l’ensemble du site en procédant à la réfection des clôtures existantes. Des barrières de type Heras seront également installées aux endroits non-clôturés. La sécurisation totale du site sera achevée pour le début du mois de juillet.

Une première étape de travaux dès le mois d’août

Dès le mois d’août 2014, SPAQuE entamera une première étape de réhabilitation sur les deux zones ayant accueilli les activités de recyclage de métaux des sociétés Médart et Oxyméco. Ces travaux sont financés par les Fonds européens FEDER.

Sur la partie Oxyméco, les derniers bâtiments, hangars, rails et dalles de fondations seront déconstruits. Sur la partie Médart, les nombreux déchets présents seront évacués. Un hangar sera également déconstruit.

Une fois les travaux de déconstruction terminés, SPAQuE procédera à l’assainissement des sols, essentiellement pollués en métaux lourds, en hydrocarbures pétroliers, en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), en PCB et en composés organochlorés. Les terres contaminées en composés volatils des deux parties concernées seront ainsi excavées (parfois jusqu’à 5 mètres de profondeur), puis évacuées en centres de traitement agréés. Les eaux de la nappe seront quant à elles pompées, analysées et traitées. Enfin, les sols excavés seront remblayés au moyen de terres saines.

Tout au long des travaux, le niveau d’empoussièrement sera mesuré afin de prendre les dispositions adéquates si nécessaire. Un service de gardiennage sera également assuré sur le site.

Patrice Lempereur est convaincu que le potentiel économique du site est réel deSpaque3.jpg par sa proximité des réseaux autoroutiers et ferrés. L'implantation récente de la société Metro ayant permis la création d'une cinquantaine d'emplois. "Il s'agit d'un pas en avant pour Bressoux Droixhe"

Près d’un siècle d’activités autour de la gare de Bressoux

Dès 1930, ce site appartenant à l’époque à la SNCB s’est développé autour de la gare de Bressoux et a servi de zone de délestage à la gare de Kinkempois. Le terrain a été remblayé avec des remblais divers afin de le protéger des crues de la Meuse.

Plus d’une trentaine d’entreprises et exploitants divers y ont développé des activités diverses, notamment le stockage de carburants, d’huiles minérales et de charbon, le recyclage des métaux, les dépôts de gaz en bouteille, etc.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, des concessions ont été octroyées à plusieurs sociétés dont les ferrailleurs Médart et Oxyméco. Fin 2012, la société Oxymeco a cessé ses activités. En octobre 2013, la société Médart a déménagé.

05/09/2012

La Ville de Liège investit dans un terrain à Bressoux… mais il faut dépolluer !

art_202372.jpgLe site de l’Expo 2017 à Coronmeuse représente 25 hectares, soit une superficie imposée par le BIE. Ce site accueillera uniquement les pavillons des pays exposants, certains parkings, les infrastructures Horeca et les services de l’expo. Il convenait donc d’y adjoindre une autre zone suffisamment vaste pour héberger tant la FIL qui ne peut rester à Coronmeuse, que la zone logistique de l’expo et les parkings navettes et bus amenant le public à l’exposition.

Entre temps, le projet tram a déterminé le site de Bressoux comme le lieu d’implantation de son centre de maintenance et son parking relais de 800 places assurant la multimodalité autoroute E25 – Tram et arrêt ferroviaire Bressoux.

L’espace nécessaire correspond aux terrains de l’ancienne gare aux marchandises de Bressoux.

Ainsi, en rive droite, la Ville de Liège doit prendre un droit réel sur l’ensemble des terrains de l’ancienne gare (environ 20 ha) et sur une bande de terrain permettant de relier cette zone à l’autoroute E25.

Dès lors, le Collège de la Ville de Liège a proposé au Conseil communal de procéder à l’acquisition des droits réels sur une partie des terrains situés à Bressoux.

Pour ce faire, la Ville a sollicité, en avril 2012, une offre de la SNCB et a mandaté un notaire pour procéder à l’évaluation de ces terrains. En juillet dernier, le Collège a reçu l’évaluation notariale qui a permis de confirmer la quasi-concordance des offres et des évaluations.

Toutefois, ces terrains font actuellement l’objet d’études de sol par la SPAQuE. Ils sont effectivement tous pollués à des degrés divers. La condition d’acquisition et de prise de bail emphytéotique posée par la Ville est en effet que ces terrains soient entièrement dépollués via un budget de la SPAQuE.

Le Collège ayant obtenu cette garantie a proposé au Conseil de prendre via un bail emphytéotique un droit réel sur ces différents terrains.

04/11/2011

Bilan historique du site "Cour aux marchandises de Bressoux"

Cour-Marchandises-SNCB-Bressoux.jpg

La SPAQυE a finalisé le bilan historique des activités du site "Cour aux marchandises SNCB de Bressoux" situé à Liège. Ce bilan historique, qui constitue la seconde étape de la chaîne des valeurs de SPAQυE, permettra de cerner les principaux risques potentiels de contaminations, compte tenu des activités passées, et ce du terrain vierge jusqu’à aujourd’hui.

Le site correspond à une activité de cour aux marchandises et d’activités diverses de concessionnaires qui se sont développées dès le tout début du XXème siècle et s’y poursuivent aujourd’hui.

En effet, depuis les années 1930, outre l’entreposage typique des activités de la SNCB, plus d’une trentaine d’entreprises et exploitants divers ont implanté leurs infrastructures au sein du site. Les activités multiples qui s’y sont développées ont concerné le stockage de carburants, le stockage d’huiles minérales, de charbon, le ferraillage, des dépôts de gaz en bouteille, le commerce, les magasins de matériaux, etc.

Le site a été remblayé avec des matériaux de nature inconnue sur une grande partie de sa superficie.

Ce site, visité en janvier 2010, a fait l’objet d’une description de terrain et de recherches auprès des diverses autorités administratives régionales, provinciales et fédérales. Des témoignages et des documents privés ont aussi été exploités afin de compléter les documents publics.