25/08/2012

Bressoux Droixhe dénonce la volonté de stigmatiser ses jeunes à des fins électoralistes

Le Président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur ne voudrait plus revivre les campagnes électorales précédentes dans le quartier de Bressoux Droixhe, lequel recevait quasi quotidiennement des candidats en manque de "voix". Ceux-ci venaient promettre, parfois de manière erronée, sans la moindre connaissance des dossiers ou des réalités de terrain, des investissements dans le quartier, donner des délais sur des projets d'infrastructures en cours alors que les dossiers n'étaient même pas encore signés par le pouvoir subsidiant, ce qui en période électorale réconcilie jeunes et candidats. Sur le terrain, les choses sont différentes : Après les élections et quand les candidats ont déserté le "terrain", il faut parfois des mois, voire des années pour recoller les morceaux et rendre confiance !"

Patrice Lempereur s’interroge : s’agit-il d’un retour à certains fondamentaux considérant la jeunesse comme une nouvelle classe dangereuse qu’il est urgent de mettre au pas ou une simple poussée de fièvre pré-électorale ? Dans les deux cas les candidats s’exposent à de sérieuses déconvenues s’il prétendent répondre ainsi aux inquiétudes et aux aspirations des jeunes.

Les jeunes n’ont ni un problème d’identité, ni un problème de citoyenneté. Le Président du Conseil de quartier rappelle que l’éducation est le meilleur outil pour poser les bases du « vivre ensemble » : apprentissage de la citoyenneté, mixité sociale,...

Bressoux, DroixheAlors que les jeunes expriment régulièrement avec force ces derniers mois leur inquiétude face a l’avenir et leurs aspirations auxquelles les discours n'apportent pas souvent de réponses, Patrice Lempereur rappelle que répondre au malaise de la jeunesse, ce n’est pas instrumentaliser les fantasmes de la société à l’égard des jeunes générations. La meilleure réponse à apporter à ce malaise est une attention sincère aux aspirations de la jeunesse. Aspiration à se former, aspiration à l’autonomie, aspiration à s’insérer durablement sur le marché de l’emploi, aspiration à s’engager pleinement dans la vie d’adulte et dans le travail, mais pas sans les protections garantissant la même liberté pour tous. C’est en raison de l’abandon de ce dessein que la jeunesse perd la foi en son avenir. Et qu’elle l’exprime de toutes les manières, avec les conséquences que nous avons connues à Bressoux Droixhe.

Le Président du Conseil de quartier va donc écrire à l'ensemble des candidats afin d'attirer leur attention sur cette instrumentalisation de la jeunesse et rappeller les véritables difficultés auxquelles les jeunes sont confrontés.

21/08/2012

Non candidat aux communales, Patrice LEMPEREUR plus que jamais actif sur le terrain !

patrice.jpgContrairement à ce qui avait pu être supputé par certains, Patrice LEMPEREUR, Président du Conseil de quartier de Bressoux-Droixhe, ne sera pas candidat aux élections communales à Liège, une décision prise d’un commun accord entre les instances du Parti Socialiste et de l’intéressé lui-même, qui tient à préciser d’emblée son attachement aux valeurs progressistes et au PS ainsi que son engagement total lors de la campagne communale qui débute Le rôle que continuera à jouer Patrice LEMPEREUR sur le terrain en faveur d’actions citoyennes dans son quartier et au-delà n’en sera que renforcé, ainsi qu’il lui a été confirmé par les instances responsables.

Patrice LEMPEREUR reste bien entendu Président du Conseil de quartier, qu’il a créé, avec la volonté de poursuivre le travail de proximité entrepris, en symbiose avec les différentes composantes de la population des quartiers de Bressoux et Droixhe. Il va même renforcer son implication quotidienne.« Il faut poursuivre le travail de fond entrepris depuis 25 ans par ce Conseil de quartier, lequel n’a eu de cesse d’établir un dialogue indispensable entre les différentes cultures ainsi que les différentes générations qui font la richesse de ce quartier, réaffirme-t-il. Je conçois avant tout le Conseil de quartier comme un espace de dialogue et de rencontre entre tous car, pour reprendre les propos du psychanalyste Jacques LACAN “Le dialogue paraît en lui-même constituer une renonciation à l’agressivité”. C’est donc un atout pour un quartier, un atout pour tous ! »,

25 ans de présidence et d’actions citoyennes

Cela fait tout juste 25 ans que Patrice LEMPEREUR fondait le Conseil de quartier de Bressoux-Droixhe. L’occasion de revenir sur deux décennies empreintes de combat social au profit de toutes et de tous, sans discrimination de sexe, d’ethnie, d’âge ou de religion.

Pour Patrice LEMPEREUR, tout commence en fait en 1987. C’est en effet alors qu’il n’a que 17 ans qu’un groupe d’habitants de son quartier, Bressoux, lui demande de créer un comité de quartier. Dix ans après la fusion des communes, Bressoux, estimaient-ils, souffrait encore beaucoup de ce changement capital, manquant cruellement d’un relais avec les autorités de la nouvelle Ville de Liège.

Patrice LEMPEREUR contacte alors le Bourgmestre en fonction Edouard CLOSE, qui le charge de créer cette dynamique. Le premier combat du tout jeune homme est de garder dans son quartier les services de proximité indispensables : antenne administrative, services sociaux, commissariat de police,...

« Mes premières actions m’ont très vite permis de me rendre compte qu’il existe une interpénétration réelle entre le quartier de Bressoux et celui de Droixhe, se souvient-il aujourd’hui. Tout comme Bressoux, Droixhe accusait également d’un manque flagrant d’interlocuteurs. Géographiquement voisins, ces deux quartiers présentaient aussi (et présentent toujours) des caractéristiques socio-économiques et multiculturelles identiques. » Le Conseil de quartier de Bressoux-bas/Droixhe était né, et ne manquait pas de se distinguer, dès sa création : contrairement aux comités de quartier traditionnels, celui-ci était directement élu par la population locale.

Parmi les dates marquantes qui ont émaillé la vie du Conseil de quartier de Bressoux-bas/Droixhe, il s’agit certainement de noter 1996. Patrice LEMPEREUR :«Suite à une montée significative de la délinquance dans le quartier, j’ai été invité à apporter mon soutien et mon expérience de terrain au Bourgmestre Jean-Maurice DEHOUSSE et au commissaire Louis GENOT afin de créer dans le quartier un commissariat de police ouvert 24h/24 ainsi qu’un Foyer permanent de sécurité, qui joue toujours aujourd’hui un rôle important de médiation et de prévention. »

De très nombreuses autres actions allaient être menées par le Conseil de quartier et son Président, comme la mise en place d’une collaboration avec le TEC Liège-Verviers pour tenter de remédier aux nombreuses agressions, tant physiques que matérielles, enregistrées sur les lignes de bus.

 

Indispensable requalification des tours de Droixhe

 

Une grande cause allait également marquer ces dernières années : le dossier des cinq tours de l’avenue de la Croix-Rouge. « Le projet était de réorganiser ces tours : un investissement très élevé pour, finalement, recréer une concentration de logements trop élevée sur une zone aussi réduite, conduisant ainsi à la formation d’un nouveau ghetto, argumente Patrice LEMPEREUR. Sous ma houlette, le Conseil de quartier de Bressoux-Droixhe a alors proposé aux forces vives liégeoises la démolition, partielle ou totale, de ces cinq tours au profit d’un projet à dimension plus humaine. Les masses budgétaires non utilisées étant dès lors transférées à la rénovation des logements sociaux existant sur l’ensemble du quartier, avenue Georges Truffaut, place de la Libération, square Micha ou encore à Bressoux-Centre. » Ce combat ne sera pas vain puisque, en 2003, à sa grande surprise, Patrice LEMPEREUR est personnellement reçu, en compagnie de membres du conseil par le Ministre wallon du Logement de l’époque Michel DAERDEN, qui écoute avec le plus grand intérêt sa position.

Quelques temps après, celui-ci rejette l’ambitieux projet de rénovation des cinq tours au profit de la requalification totale de l’ensemble des logements sociaux de Bressoux-Droixhe et Amercoeur.

Aujourd’hui encore, le souci permanent de Patrice LEMPEREUR demeure lié au social et à son quartier. Il tient ainsi des permanences citoyennes qui ne désemplissent pas. En près de 25 ans, il a envoyé des centaines de courriers pour relayer les besoins, les souhaits et les revendications des habitants.

06/07/2012

Elections communales : Bressoux Droixhe dénonce la volonté de stigmatiser ses jeunes à des fins électoralistes

Bressoux Droixhe jeunesse.jpgLe Président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur ne voudrait plus revivre les campagnes électorales précédentes dans le quartier de Bressoux Droixhe, lequel recevait quasi quotidiennement des candidats en manque de "voix". Ceux-ci venaient promettre, parfois de manière erronée, sans la moindre connaissance des dossiers ou des réalités de terrain, des investissements dans le quartier, donner des délais sur des projets d'infrastructures en cours alors que les dossiers n'étaient même pas encore signés par le pouvoir subsidiant, ce qui en période électorale réconcilie jeunes et candidats. Sur le terrain, les choses sont différentes : Après les élections et quand les candidats ont déserté le "terrain", il faut parfois des mois, voire des années pour recoller les morceaux et rendre confiance !"

Patrice Lempereur s’interroge : s’agit-il d’un retour à certains fondamentaux considérant la jeunesse comme une nouvelle classe dangereuse qu’il est urgent de mettre au pas ou une simple poussée de fièvre pré-électorale ? Dans les deux cas les candidats s’exposent à de sérieuses déconvenues s’il prétendent répondre ainsi aux inquiétudes et aux aspirations des jeunes.

Les jeunes n’ont ni un problème d’identité, ni un problème de citoyenneté. Le Président du Conseil de quartier rappelle que l’éducation est le meilleur outil pour poser les bases du « vivre ensemble » : apprentissage de la citoyenneté, mixité sociale,...

Alors que les jeunes expriment régulièrement avec force ces derniers mois leur inquiétude face a l’avenir et leurs aspirations auxquelles les discours n'apportent pas souvent de réponses, Patrice Lempereur rappelle que répondre au malaise de la jeunesse, ce n’est pas instrumentaliser les fantasmes de la société à l’égard des jeunes générations. La meilleure réponse à apporter à ce malaise est une attention sincère aux aspirations de la jeunesse. Aspiration à se former, aspiration à l’autonomie, aspiration à s’insérer durablement sur le marché de l’emploi, aspiration à s’engager pleinement dans la vie d’adulte et dans le travail, mais pas sans les protections garantissant la même liberté pour tous. C’est en raison de l’abandon de ce dessein que la jeunesse perd la foi en son avenir. Et qu’elle l’exprime de toutes les manières, avec les conséquences que nous avons connues à Bressoux Droixhe.

Le Président du Conseil de quartier va donc écrire à l'ensemble des candidats afin d'attirer leur attention sur cette instrumentalisation de la jeunesse et rappeller les véritables difficultés auxquelles les jeunes sont confrontés.