12/03/2014

Jet d'un cocktail molotov sur le Commissariat de police de Droixhe Bressoux

 

commissariat 12032014.jpg

Patrice Lempereur, Président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe réagit à la suite du jet, ce mercredi soir, d’un cocktail molotov sur le commissariat de police de Droixhe

Regrettant ces nouveaux incidents, il voudrait à nouveau insister sur le fait que « Bressoux  Droixhe n’est plus une terre non droit.  Ce  ne sont plus des quartiers où l’insécurité règne. Un fait divers de cette nature engendre la répulsion chez tout qui le l’apprends. Ces nouveaux faits nuisent à l’image de tout un quartier.  » indique Patrice Lempereur.

Il n'est pas admissible que des policiers et un commissariat participant à une mission de service public puissent être la cible d’individus. Patrice Lempereur espère que les auteurs de cette agression seront rapidement arrêtés et sanctionnés. Ces nouveaux faits qui nuisent à l’image de tout un quartier. Après ces derniers incidents : incompréhension, dépit, déception : tels sont les sentiments actuels qui habitent l’esprit du Président du Conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur.

La population de Bressoux Droixhe ne doit pas se sentir marginalisée par ces incidents qui sont provoqués par une petite minorité d’irresponsables.

Pour Patrice Lempereur : « Il n’y a aucune  raison, prétexte ou excuse qui puissent justifier les actes de révolte commis en cette circonstance dans notre quartier. Ces fauteurs de trouble, outre risquer de blesser les représentants des forces de l’ordre ou les citoyens, donnent une image et une réputation au quartier qui justement nécessite les efforts de tous pour faciliter sa rénovation et sa requalification ».

Le Président du conseil de quartier de Bressoux Droixhe pense qu’il est temps d’avoir collectivement honte pour les fauteurs de trouble incitants à la violence gratuite. Les Policiers sont particulièrement patients. On doit rendre hommage aux forces de l’ordre, car leur action sur le terrain, qui vise avant tout à faire respecter la loi et assurer la sécurité de la population, n’est pas toujours perçue à sa juste valeur.

04/03/2014

Opération "Job d'été" 2014 dans le quartier de Bressoux Droixhe

Job d'été 2014.jpgComme de coutume à Bressoux Droixhe, des jeunes auront l’occasion d’être engagés sous contrat d’étudiant grâce au travail de prospection et au soutien logistique mis en place par le Conseil de Quartier, à l’initiative de son Président Patrice Lempereur.

Le quartier, jeune et cosmopolite - puisqu’il compte pas moins de 40% de moins de 20 ans et que plus de 50% de sa population est d’origine étrangère - se profile, trop souvent, comme une « zone problème » de la région liégeoise.


Et pourtant, là comme ailleurs, de très nombreux jeunes ont la volonté de « s’en sortir », de poursuivre des études et, comme de juste, de travailler pendant les vacances pour subvenir à leurs besoins et se constituer une petite cagnotte d’argent de poche.

L’initiative a un but précis. En permettant aux jeunes du quartier de trouver un job estival, le Conseil de quartier souhaite rétablir l’égalité des chances pour tous dans une société où même le travail d’étudiant devient difficilement trouvable.

Or, on sait que ce type de job ouvre la porte à l’expérience professionnelle (pour l’anecdote, des étudiants ont été engagés ultérieurement à durée indéterminée). Cet été encore Patrice Lempereur espère qu’une septantaine d’étudiants pourront bénéficier d’un job grâce au travail de fourmis réalisé par le Conseil de Quartier qui n’a pas hésité à solliciter tous azimuts les forces vives politiques et économiques de notre région.

L’année dernière, plusieurs institutions ont ainsi répondu à l’appel. Citons, notamment, des cabinets DSC00260 (1).JPGministériels fédéraux et régionaux, des hôpitaux publics, Intradel, la Province de Liège,  le C.H.U., l’I.I.L.E., la C.I.L.E., Ethias, sans oublier de nombreuses sociétés privées comme Sita, Delhaize, Espace clean, Carrefour, Makro, Laurenty, Gestanet, Lem intérim…

Les problèmes dans le quartier diminueront quand les problèmes sociaux seront résolus et pas l’inverse », répète souvent Patrice Lempereur.

Le Conseil de quartier relance donc l'opération "Job d'été" en vue de renouveler l'expérience des années précédentes afin de permettre à des jeunes d'obtenir un poste d'étudiant(e).

Les objectifs sont multiples : permettre aux jeunes du quartier de trouver un job pour l'été et même pendant l'année scolaire; leur donner la chance d'acquérir une première expérience professionnelle ; leur présenter différentes structures susceptibles de les aider dans leur recherche.

Comme les années précédentes, des contacts seront pris avec l'ensemble des forces vives liégeoises (élus, entreprises publiques, intercommunales,…) afin de faire valoir les qualités et mérites des jeunes du quartier, tout en insistant sur la situation sociale difficile des étudiants.

Les curriculums vitae peuvent être envoyés au Conseil de quartier rue Général de Gaulle, 117 à 4020 Bressoux, ou par E-mail: cqbressouxdroixhe@gmail.com avant le 15 mars 2014.   Infos : 0495 913283

26/12/2013

Jets de pétards intempestifs dans le quartier de Bressoux Droixhe : la police va intensifier les contrôles

Petards-et-feux-d-artifice.jpgLa fin de l’année approche, et l’utilisation des pétards et feux d’artifices s’intensifie, aux quatre coins de Liège. « À Bressoux et Droixhe, les habitants sont excédés », rapporte Patrice Lempereur, président du Conseil de quartier, qui a demandé au bourgmestre Willy Demeyer et au chef de corps Christian Beaupère de prendre des mesures sur le terrain. « J'ai sollicite que la commercialisation des pétards ou de tous autres artifices dangereux et sonores soit interdite ». J'ai souhaite également une intensification des contrôles auprès des utilisateurs et des commerçants.
 
« La période est propice à cette problématique, mais nous agissons toute l’année », a répondu les Autorités de Police au Président du Conseil de quartier. Des actions de préventions sont organisées dans les écoles du centre et de la périphérie, « pour donner des informations quant aux dangers de l’utilisation de ces produits qui ne sont pas des jouets », et une brochure a été éditée.
 
Au-delà de la prévention, l’utilisation des pétards et feux d’artifices est réglementée par des arrêtés royal et communal. « Cela permet à la Police d’agir et de rédiger des PV si nécessaire, précise Patrice Lempereur. D’année en année, ils intensifient les contrôles. l’ensemble des policiers est sensibilisé à cette problématique. »
 
Il rappelle notamment qu’il est interdit de vendre ces produits aux moins de 16 ans, qu’il est interdit d’utiliser des pétards sur la voie publique et que selon les situations, la législation sur le tapage nocturne peut être évoquée.