17/10/2012

Des mesures pour bien vivre la Fête du Sacrifice à Bressoux Droixhe

218 (2).jpgAux environs du 25 octobre prochain, ce sera la traditionnelle fête de l'Aïd el Kebir ou mieux connue sous le nom de fête du mouton pour les musulmans. Celle-ci consiste à sacrifier un mouton par l'égorgement. Elle a lieu deux mois et dix jours après la fin du ramadan et les musulmans la célèbrent traditionnellement par l'abattage rituel d'un animal.

La fête du sacrifice (ou Aïd el-Kébir) est la plus importante de l'islam. Elle a lieu chaque année pendant la période du pèlerinage à La Mecque et elle constitue un moment fort. La communauté musulmane commémore cet acte de soumission par le sacrifice d'un ovin (mouton, bélier, ...). Cette fête, improprement appelée «fête du mouton», s'exprime à travers des prières et de grandes réjouissances familiales.

"Une pratique que beaucoup font encore clandestinement à la maison" constatait les années précédentes le Président du conseil de quartier de Bressoux Droixhe Patrice Lempereur. "C'est pour améliorer cette situation que le Conseil de quartier a toujours souhaité la création d’un lieu d'abattage temporaire dans le quartier".

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpg"Pour qu'un lieu d'abattage soit temporairement agréé, les critères ne sont pas insurmontables. Le lieu doit être couvert et son sol doit être dur, l'eau courante doit y être disponible, le sang recueilli dans des récipients distincts, les déchets doivent être collectés et un vétérinaire doit être présent".

Aujourd’hui, le Conseil de quartier de Bressoux Droixhe heureux de faire savoir qu’en collaboration avec l’Intercommunale des Abattoirs publics des Arrondissements de Liège et de Waremme, la Ville de Liège mettra à disposition un local pour l’abattage des moutons selon le rituel islamique. Les déclarations d’abattage auront lieu les mercredi 24 et jeudi 25 octobre. L’abattage après la prière par un sacrificateur agréé aura un coût de 10 euros.

Ce local sera situé rue de Droixhe (abattoir de Liège) et sera le seul lieu où l’abattage sera autorisé.

En pratique, l’acheminement des moutons se fera le jour de la fête, entre 13h et 16h. Ils subiront un examen sanitaire par un vétérinaire avant et pendant l’abattage.

Cet abattage se fera par des sacrificateurs spécialement habilités à cette tâche pour éviter toute souffrance inutile. Le sang sera récolté et dirigé vers la station d’épuration de l’abattoir. Les autres déchets seront stockés dans des containers et enlevés le soir par le clos d’équarrissage. Ces containers destinés à la récupération des carcasses, peaux et autres abats se trouveront à côté de l’abattoir et uniquement à cet endroit.

"Lorsqu’on reprend le mouton égorgé, on reçoit deux sacs munis d’un autocollant d’une part pour transporter la carcasse du mouton, d’autre part pour ramener à l’abattoir les déchets, à savoir un sac pour la peau, l’autre pour les autres déchets. Les sacs qui n’auront pas l’autocollant seront refusés car cela signifiera que le mouton a été abattu illégalement" explique Patrice Lempereur

La récolte des déchets (séparer la peau des viscères et pas de déchets ménagers) aura lieu le 663276272.jpgvendredi 26 octobre de 12h à 18h00, le samedi 27 de 9h à 16h00 et le dimanche 28 de 9h00 à 14h00 (coût 5 euros par peau.

L’organisation telle qu’elle est prévue cette année vise à améliorer le bien-être des animaux, à préserver la santé publique et l’environnement en permettant aux musulmans de pratiquer pleinement leur fête.

En effet, les musulmans ne sont pas opposés, loin de là, à abandonner l'abattage à domicile, il faut qu'on leur donne l'opportunité. "Ce lieu d'abattage temporaire va satisfaire le plus grand nombre et les choses se passeront dans la plus grande convivialité » conclut le Président du Conseil de quartier Patrice Lempereur.

Le Conseil de quartier souhaite d'ores et déjà une bonne fête à tous les musulmans ! Une petite carte de bonne fête leur sera d’ailleurs envoyée.

Aussi, des brochures explicatives sur la fête du Sacrifice sont diffusées dans le quartier. Un folder à destination de la population non-musulmane D'autres documents sont distribués par le Conseil de quartier, en collaboration avec l'AFSCA. Ils expliquent la fête et définissent le rôle de chaque intervenant : organisateur, autorité religieuse, personnes privées ou associations. En plus des procédures réglementaires habituelles, ce document contient une série de recommandations et d’exemples à suivre. Il contient également les coordonnées des différents services compétents.

"Ces brochure a pour objectif que la journée de la Fête du sacrifice se déroule dans les meilleures circonstances et ceci dans l’intérêt tant des Hommes que des animaux. Elles rappellent également la réglementation en vigueur" conclut Patrice Lempereur.

16/09/2012

Initiation à l'escalade pour les jeunes de Bressoux Droixhe

escalade.jpgCette activité permettra à deux groupes d’une dizaine de jeunes (âgés de 8 à 11 ans et de 12 à 15 ans), issus de plusieurs associations du quartier de Bressoux Droixhe, de pratiquer l’escalade dans un cadre et de conditions optimales sur le long terme, de se perfectionner et d’éventuellement poursuivre cette discipline en s’inscrivant dans un club.

L’apprentissage se fera graduellement : minimum trois séances d’initiation au Hall Omnisports de Cointe, pour déterminer les plus réguliers et motivés, suivies de dix séances dans un club d’escalade de Saint-Léonard.

Pour clôturer cette initiation, une journée conviviale d’escalade en falaise sera programmée avec l’aide d’animateurs sportifs brevetés et expérimentés.

21/08/2012

Non candidat aux communales, Patrice LEMPEREUR plus que jamais actif sur le terrain !

patrice.jpgContrairement à ce qui avait pu être supputé par certains, Patrice LEMPEREUR, Président du Conseil de quartier de Bressoux-Droixhe, ne sera pas candidat aux élections communales à Liège, une décision prise d’un commun accord entre les instances du Parti Socialiste et de l’intéressé lui-même, qui tient à préciser d’emblée son attachement aux valeurs progressistes et au PS ainsi que son engagement total lors de la campagne communale qui débute Le rôle que continuera à jouer Patrice LEMPEREUR sur le terrain en faveur d’actions citoyennes dans son quartier et au-delà n’en sera que renforcé, ainsi qu’il lui a été confirmé par les instances responsables.

Patrice LEMPEREUR reste bien entendu Président du Conseil de quartier, qu’il a créé, avec la volonté de poursuivre le travail de proximité entrepris, en symbiose avec les différentes composantes de la population des quartiers de Bressoux et Droixhe. Il va même renforcer son implication quotidienne.« Il faut poursuivre le travail de fond entrepris depuis 25 ans par ce Conseil de quartier, lequel n’a eu de cesse d’établir un dialogue indispensable entre les différentes cultures ainsi que les différentes générations qui font la richesse de ce quartier, réaffirme-t-il. Je conçois avant tout le Conseil de quartier comme un espace de dialogue et de rencontre entre tous car, pour reprendre les propos du psychanalyste Jacques LACAN “Le dialogue paraît en lui-même constituer une renonciation à l’agressivité”. C’est donc un atout pour un quartier, un atout pour tous ! »,

25 ans de présidence et d’actions citoyennes

Cela fait tout juste 25 ans que Patrice LEMPEREUR fondait le Conseil de quartier de Bressoux-Droixhe. L’occasion de revenir sur deux décennies empreintes de combat social au profit de toutes et de tous, sans discrimination de sexe, d’ethnie, d’âge ou de religion.

Pour Patrice LEMPEREUR, tout commence en fait en 1987. C’est en effet alors qu’il n’a que 17 ans qu’un groupe d’habitants de son quartier, Bressoux, lui demande de créer un comité de quartier. Dix ans après la fusion des communes, Bressoux, estimaient-ils, souffrait encore beaucoup de ce changement capital, manquant cruellement d’un relais avec les autorités de la nouvelle Ville de Liège.

Patrice LEMPEREUR contacte alors le Bourgmestre en fonction Edouard CLOSE, qui le charge de créer cette dynamique. Le premier combat du tout jeune homme est de garder dans son quartier les services de proximité indispensables : antenne administrative, services sociaux, commissariat de police,...

« Mes premières actions m’ont très vite permis de me rendre compte qu’il existe une interpénétration réelle entre le quartier de Bressoux et celui de Droixhe, se souvient-il aujourd’hui. Tout comme Bressoux, Droixhe accusait également d’un manque flagrant d’interlocuteurs. Géographiquement voisins, ces deux quartiers présentaient aussi (et présentent toujours) des caractéristiques socio-économiques et multiculturelles identiques. » Le Conseil de quartier de Bressoux-bas/Droixhe était né, et ne manquait pas de se distinguer, dès sa création : contrairement aux comités de quartier traditionnels, celui-ci était directement élu par la population locale.

Parmi les dates marquantes qui ont émaillé la vie du Conseil de quartier de Bressoux-bas/Droixhe, il s’agit certainement de noter 1996. Patrice LEMPEREUR :«Suite à une montée significative de la délinquance dans le quartier, j’ai été invité à apporter mon soutien et mon expérience de terrain au Bourgmestre Jean-Maurice DEHOUSSE et au commissaire Louis GENOT afin de créer dans le quartier un commissariat de police ouvert 24h/24 ainsi qu’un Foyer permanent de sécurité, qui joue toujours aujourd’hui un rôle important de médiation et de prévention. »

De très nombreuses autres actions allaient être menées par le Conseil de quartier et son Président, comme la mise en place d’une collaboration avec le TEC Liège-Verviers pour tenter de remédier aux nombreuses agressions, tant physiques que matérielles, enregistrées sur les lignes de bus.

 

Indispensable requalification des tours de Droixhe

 

Une grande cause allait également marquer ces dernières années : le dossier des cinq tours de l’avenue de la Croix-Rouge. « Le projet était de réorganiser ces tours : un investissement très élevé pour, finalement, recréer une concentration de logements trop élevée sur une zone aussi réduite, conduisant ainsi à la formation d’un nouveau ghetto, argumente Patrice LEMPEREUR. Sous ma houlette, le Conseil de quartier de Bressoux-Droixhe a alors proposé aux forces vives liégeoises la démolition, partielle ou totale, de ces cinq tours au profit d’un projet à dimension plus humaine. Les masses budgétaires non utilisées étant dès lors transférées à la rénovation des logements sociaux existant sur l’ensemble du quartier, avenue Georges Truffaut, place de la Libération, square Micha ou encore à Bressoux-Centre. » Ce combat ne sera pas vain puisque, en 2003, à sa grande surprise, Patrice LEMPEREUR est personnellement reçu, en compagnie de membres du conseil par le Ministre wallon du Logement de l’époque Michel DAERDEN, qui écoute avec le plus grand intérêt sa position.

Quelques temps après, celui-ci rejette l’ambitieux projet de rénovation des cinq tours au profit de la requalification totale de l’ensemble des logements sociaux de Bressoux-Droixhe et Amercoeur.

Aujourd’hui encore, le souci permanent de Patrice LEMPEREUR demeure lié au social et à son quartier. Il tient ainsi des permanences citoyennes qui ne désemplissent pas. En près de 25 ans, il a envoyé des centaines de courriers pour relayer les besoins, les souhaits et les revendications des habitants.